Elif SHAFAK – Crime d’honneur – Poche

1,350.00 د.ج

« Ma mère est morte deux fois. » C’est par ces mots qu’Esma, jeune femme kurde, commence le récit de l’histoire de sa famille née sur les rives de l’Euphrate et émigrée à Londres en 1970.

Rupture de stock

Ajouter à ma liste de souhaits
Ajouter à ma liste de souhaits
Partager sur :

Description

« Ma mère est morte deux fois. » C’est par ces mots qu’Esma, jeune femme kurde, commence le récit de l’histoire de sa famille née sur les rives de l’Euphrate et émigrée à Londres en 1970.
L’histoire, d’abord, de sa grand-mère dans le village de Mala Çar Bayan, désespérée de ne mettre au monde que des filles, elle qui sait combien la vie ne les épargnera pas. L’histoire de sa mère, Pembe la superstitieuse, et de sa tante, Jamila la guérisseuse, soeurs jumelles aux destins très différents. L’histoire des hommes aussi, celle de son père, tour à tour aimant, violent, fuyant, et celle de ses frères, Yunus le rêveur, et Iskender. Iskender, l’enfant chéri de sa mère, la « prunelle de ses yeux », son sultan. Son meurtrier.
Enfin, l’histoire de ces immigrés qui ont choisi l’exil pour vivre de miracles et croire aux mirages, qui ont choisi la liberté et l’amour quand d’autres restent ancrés dans les traditions et portent au pinacle l’honneur d’une famille.

Fille de diplomate, Elif Shafak est née à Strasbourg en 1971. Elle a passé son adolescence en Espagne avant de revenir en Turquie. Après des études en « Gender and Women’s Studies » et un doctorat en sciences politiques, elle a un temps enseigné aux Etats-Unis. Elle vit aujourd’hui à Londres. Internationalement reconnue, elle est l’auteur de dix livres, dont La Bâtarde d’Istanbul, Bonbon Palace, Lait noir , Soufi mon amour et Crime d’honneur qui a remporté le Prix Relay 2013

Informations complémentaires

Date de parution

17/04/2014

Nb. de pages

504 pages

Dimensions

11,2 cm × 17,8 cm × 3,1 cm

Poids

0.276 Kg

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Elif SHAFAK – Crime d’honneur – Poche”